Apprendre les repères spatiaux par des quiz en ligne, une bonne idée?

La connaissance de repères spatiaux est importante en géographie. Non pas pour faire état de sa culture, mais parce que ces repères sont indispensables pour communiquer la situation d’objets dans l’espace. S’il fallait faire une analogie avec le français, ces repères constituent le vocabulaire de base (les directions cardinales peuvent être vues comme les organisateurs textuels). 

Il ne faut donc pas se limiter à la connaissance de ces repères, mais bien, en prenant appui sur cette connaissance, apprendre à situer des objets dans l’espace. En reprenant l’analogie avec le français, la connaissance de 300 mots de vocabulaire a peu d’intérêt si l’élève n’est pas capable de construire une phrase pour véhiculer un message.

Ces deux aspects, connaissance des repères et capacité à les mobiliser pour construire un message, sont donc importants.

La méthode qui consiste à mettre les élèves en contexte de communication (par écrit ou oralement) est certainement la plus efficace. Les élèves doivent rechercher et sélectionner des repères pertinents (dans un atlas, un globe virtuel…). Ces repères s’impriment progressivement dans leur mémoire si ces mises en contexte sont systématiques. Toujours par analogie avec l’apprentissage du français, c’est en mettant quotidiennement les élèves face à des exercices d’écriture ou de communication orale que leur vocabulaire se développe. Qui a appris à écrire ou à parler en prenant appui sur des listes de vocabulaire?

Toutefois, à un autre niveau, celui de la consolidation d’acquis ou l’évaluation de la maitrise des ressources nécessaires à une compétence de communication, d’autres méthodes peuvent trouver leur place. C’est à cet endroit que l’on pourra, par exemple, trouver le drill. Des exemples intéressants à mobiliser dans ces derniers contextes peuvent être consultés sur le site https://online.seterra.com/fr (consulté en septembre 2019).

Quelles sont les méthodes les plus souvent mobilisées dans nos écoles? Sans avoir la réponse, l’observation des résultats des élèves aux épreuves en géographie à la fin du premier degré permet de s’interroger. Dès lors qu’il faut restituer la connaissance des repères attendus dans les Socles de compétences à l’image de ce qui est fait par le drill, les scores sont généralement au-delà de 70 %. Dès lors qu’il faut utiliser ces repères pour communiquer la situation d’un objet dans un espace (avec ces mêmes repères), les scores tombent à moins de 40%. Pour compléter l’information, les Socles précisent que la connaissance des repères spatiaux n’est évaluée qu’à travers leur mobilisation dans un contexte de communication.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *