Les outils numériques en géographie

Les outils numériques en géographie se situent aujourd’hui bien au-delà de la transposition des outils traditionnels (carte numérique plutôt que carte murale, Powerpoint plutôt que projecteur de diapositives, TBI plutôt que tableau noir…).

L’information spatiale est maintenant quasi exclusivement produite à travers des systèmes d’information géographique (SIG) et diffusée à travers des globes virtuels, des géoportails, des systèmes de navigation (GPS), des systèmes de réalité augmentée…. Ces différents systèmes ont envahi les ordinateurs et smartphones.

Cette mutation influence l’enseignement la géographie par les nouvelles compétences que cela exige (principes de base des SIG, critique de l’information spatiale, connaissance des diffuseurs…). Les SIG, géoportails et globes virtuels constituent la source et se substituent de fait aux atlas papier qui trouvent de nouvelles fonctions en complément de l’information numérique.

Elle modifie aussi l’apprentissage de la géographie par les élèves, en offrant de nouvelles possibilités :

  • localiser plus facilement des objets étudiés (volcan, ville, port…) et les resituer dans leur contexte spatial et ce en changeant d’échelle grâce à des zooms progressifs ;
  • passer aisément du globe au planisphère ;
  • pouvoir se représenter le relief en trois dimensions, peu importe l’échelle ;
  • observer en contexte de réalité augmentée (un paysage observé sur le terrain est annoté d’informations…) ;
  • établir des liens entre les composantes de l’espace et rechercher les relations entre elles, par exemple à l’échelle locale ou régionale: habitat et voies de communication, boisement et fortes pentes ou à l’échelle des continents ou sous-continents : caractéristiques du climat et productions agricoles …)
  • découvrir la modélisation et la conceptualisation en s’appuyant sur un très grand nombre d’observations et de comparaisons immédiates (structure spatiale urbaine, organisation d’un littoral…)
  • visualiser des mouvements (masses d’air, nuages et zones de précipitations…) ou des flux (avions, navires…) :
  • préparer des travaux sur le terrain grâce à Google Earth ou Street View et valoriser des observations faites sur le terrain, observations, itinéraires ou photos géolocalisés grâce au GPS ;
  • se situer et prendre conscience de leurs espaces de vie et des espaces des autres, en visitant virtuellement ces espaces, que ce soit à l’échelle d’un quartier (Street View) ou par des survols à n’importe quelle altitude (Google Earth);
  • et bien sûr accéder à de nouvelles informations pour compléter des apprentissages, préparer de travaux de groupe…

 

Les compétences traditionnelles de la géographie évoluent considérablement dans la mesure où le champ des connaissances est démultiplié (et accessible) et que les savoir-faire ne sont plus les mêmes.

De nouvelles compétences émergent : apprécier de manière critique des représentations de l’espace, apprécier la fiabilité de l’information géographique, apprécier de manière critique la pertinence de l’information spatiale, apprécier de manière critique un guidage par GPS, apprendre en contexte de réalité augmentée …

Les enjeux du développement du numérique dans l’apprentissage par la géographie sont multiples :

  • permettre de développer le champ des connaissances ;
  • adapter les compétences à ce qui est requis en dehors de l’école ;
  • éviter une fracture importante entre ceux qui apprendront à se saisir de l’information en ligne pour développer leurs connaissances et leurs compétences et les autres . Croire que le développement de ces compétences sera spontané chez les jeunes et aussi illusoire que d’envisager que l’apprentissage de la lecture se fait par le seul fait d’avoir quelques revues chez soi.